NL   FR

Energie, Eau et CO2

Le Préjugé :

La production de papier consomme beaucoup d'eau et d'énergie, et émet des quantités importantes de CO2.

La Réalité :

  • La quantitĂ© d'eau nĂ©cessaire Ă  la production d'un kilo de papier a Ă©tĂ© rĂ©duite de 56 % au cours des 30 derniĂšres annĂ©es.
  • L'industrie papetiĂšre amĂ©liore en permanence son efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique.
  • La production d'un kilo de papier Ă©met aujourd'hui une quantitĂ© de CO2 trois fois moins importante que la quantitĂ© de CO2 qu'il stocke.



Lors de la fabrication du papier une quantité importante d'eau est effectivement utilisée. Cette eau permet de mettre les fibres en suspension et en assure le transport. La majorité de l'eau utilisée est "empruntée", c'est à dire qu'elle est pompée, utilisée, filtrée, recyclée dans le procédé de fabrication du papier et finalement réinjectée dans l'environnement. Il n'y a que 15 % de l'eau qui est effectivement consommée dans le produit ou perdue par évaporation.

En 30 ans, l'industrie du papier en Belgique a réduit sa consommation d'eau de 56 % par tonne de papier produit.

L'énergie utilisée par le secteur papetier est en grande partie une énergie durable à faible intensité en CO2 : plus de la moitié de l'énergie utilisée pour la production de papier provient de sources renouvelables.

En utilisant de moins en moins d'énergie et en faisant de plus en plus appel aux énergies renouvelables, le secteur de la fabrication de papier est parvenu en 20 ans à réduire de 40 % ses émissions CO2 par kilo de papier produit !

La production de 200 kilos de papier, quantité de papier que chaque personne consomme en moyenne sur une année, nécessite environ 500 kilowattheures. Ceci correspond à la consommation annuelle d'un frigo de classe C.


Le papier et les changements climatiques

GrĂące au mĂ©canisme de la photosynthĂšse, les arbres captent le CO2 atmosphĂ©rique, rejettent de l'oxygĂšne et utilisent le carbone pour fabriquer les molĂ©cules du bois (cellulose). Dans une forĂȘt bien gĂ©rĂ©e, la quantitĂ© de CO2 fixĂ©e est supĂ©rieure Ă  celle rejetĂ©e par la respiration des arbres et la dĂ©composition des parties mortes.

Pour pĂ©renniser le rĂŽle de stockage de CO2 de la forĂȘt, appelĂ© aussi « puits de carbone », il est indispensable que les arbres soient exploitĂ©s Ă  maturitĂ©, que la forĂȘt soit rĂ©guliĂšrement Ă©claircie et que la forĂȘt soit systĂ©matiquement replantĂ©e. Toutes ces opĂ©rations permettent de renforcer la photosynthĂšse et donc le rĂŽle de stockage du carbone par les forĂȘts.

En utilisant les sous-produits de la forĂȘt (bois d'Ă©claircies et houppiers) et les dĂ©chets des industries du bois (dĂ©chets de scieries), l'industrie papetiĂšre contribue largement Ă  la lutte contre le changement climatique.

Le papier est un produit naturel renouvelable, recyclable et largement recyclé.


TĂ©lĂ©chargez cette page en PDF ›
we love paper